Ile-de-France 2030, les scénarios qui bousculent

Imaginer la vie des Franciliennes et des Franciliens en 2030 : leurs modes d’habitat, de mobilité, de vie, leurs lieux de travail et de loisirs, les aménagements urbains et les équipements qui leur seront nécessaires, …est un exercice complexe, stimulant, vertigineux. C’est pourtant un exercice essentiel et salvateur pour conduire à bien la réflexion prospective sur le devenir du territoire régional. C’est ce qui a présidé à l’existence des Ateliers de création urbaine depuis bientôt cinq ans : chaque année depuis lors, les Ateliers permettent de questionner et de croiser les points de vue d’étudiants d’horizons divers, futurs professionnels de la ville, avec ceux de professionnels, d’experts et d’élus, afin de construire au fil des sessions des imaginaires possibles pour l’Ile-de-France des vingt prochaines années.

Après de précédentes sessions dédiées au tourisme, au commerce, à l’eau dans la ville, aux futurs possibles, cette cinquième édition intitulée « Regards croisés sur l’Ile-de-France de 2030 » est d’une portée toute singulière. Les Ateliers de création urbaine y ont accompagné en effet la dernière ligne droite de la révision du Schéma directeur d’Île-de-France. Les écoles devaient cette année présenter des réflexions et des pistes à même d’alimenter peu ou prou le document régional. Les grands enjeux et les équilibres de l’aménagement régional abordés dans ce cadre sur certaines thématiques ou portions de territoire, auront ainsi essaimé le projet régional d’autant de réflexions, propositions et illustrations qui se seront avérées originales, décalées, déstabilisantes voire parfois provocatrices. Mais qui, cependant, auront toujours été sources d’enrichissement pour la réflexion urbaine. Elles confirment une fois encore que les Ateliers de création urbaine sont un acteur important dans la construction de l’imaginaire métropolitain. Les projets présentés par les différentes écoles nous livrent ainsi de nouvelles représentations de l’Ile-de-France qui peuvent révéler des potentialités insoupçonnées pour certains territoires où le mieux vivre ensemble, l’intégration des problématiquement environnementales, la participation citoyenne, le renouvellement urbain, les nouvelles technologies, l’esprit d’innovation,… contribuent peu à peu à édifier de nouvelles valeurs urbaines collectivement portées. Lire la suite

Une maison de Parc écologique et économe pour le Gâtinais français

Samedi 1er juin a été inauguré la Maison du Parc Naturel Régional du Gâtinais français, à Milly-la-Forêt. Accueilli par Emmanuelle Guilmault, Directrice du Parc; entouré de Liliane Pays, 1ère Vice-Présidente du Parc, Présidente de NatureParif et Conseillère régionale et de Jacques Picard, membre du bureau du Parc et Conseiller régional; et accompagné de Jean-Jacques Boussaingault, Président du Parc, de François Orcel, Maire de Milly-la-Forêt, de Vincent Eblé, Président du Conseil général de Seine-et-Marne ou encore de Claire-Lise Campion, Vice-présidente du Conseil général de l’Essonne, j’ai dans la matinée, coupé le fameux ruban tricolore intronisant l’ouverture  » à tous » de cette nouvelle maison remplaçant les pré-fabriqués d’auparavant.

Photo 067

Vue d’ensemble du bâtiment de la Maison du parc, ses boiseries, ses nichoirs et sa forme typique de la région

 

Photo 081

Alain Amédro, lors de son discours

Conçue, à l’image du territoire, la Maison du Parc en est dormais la vitrine. Elles est un projet innovant sur plusieurs points. Elle s’inspire des caractéristiques architecturales de Milly-la-Forêt et sa région, tant par sa forme compacte du bâtiment (rappelant celle d’un séchoir à plantes), que par la recherche d’une continuité entre le tissu urbain et les paysages typiques du Gâtinais. Quant aux matériaux utilisés, ils proviennent en majorité de sites locaux et les systèmes constructifs, adaptés pour la construction du bâtiment ont été murement réfléchis et valorisent les techniques de construction les plus avancées au regard des normes environnementales. Lire la suite

Cap sur l’aménagement de la région à l’horizon 2030

Ci-dessous et à quelques heures de la clôture de l’enquête publique sur le projet Ile-de-France 2030, un article tiré du Parisien économie de ce jour (page 12). Résoudre le problème des transports est crucial pour développer l’activité en Ile-de-France. Adapter nos centres-ville à ces nouvelles perspectives fera aussi partie des enjeux.

Le projet de schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) voté en octobre, est consultable sur Internet et dans une trentaine de lieux physiques (siège de la région et mairies) jusqu’au 14 mai. Lire la suite

Participez à l’enquête publique sur le projet de SDRIF jusqu’au 14 mai 2013

L’ouverture de la séance plénière du Conseil régional de jeudi 25 avril a officialisé la prolongation de l’enquête publique de la révision du document d’aménagement Ile-de-France 2030 (soit du Schéma directeur d’aménagement de la région d’Ile-de-France). Le projet est désormais consultable jusqu’au 14 mai 2013.

mobilisation Lire la suite

Les nouveaux projets iconoclastes des architectes du Grand Paris

Quelques lignes parues dans Le Monde, reprennent mon intervention au rassemblement organisée par l’AIGP vendredi 19 avril. La problématique étant comment habiter le Grand Paris.

Le Monde.fr | • Mis à jour le

 Carte interactive des 650 projets architecturaux pour le Grand Paris, sur le site de l'Atelier international du Grand Paris. | Atelier international du Grand Paris

Carte interactive des 650 projets architecturaux pour le Grand Paris, sur le site de l’Atelier international du Grand Paris. | Atelier international du Grand Paris

Christian de Portzamparc le dit sans colère. « Le Grand Paris ne peut pas se résumer à un projet de grand métro enterré. Il faut inventer un projet intelligent en surface. » Jean Nouvel est plus amer : « Sarkozy s’est laissé enfermer dans le grand métro de Christian Blanc [ex-secrétaire d’Etat au Grand Paris] qui s’est livré à un sabotage évident du travail des architectes. » L’urbaniste Michel Cantal-Dupart l’affirme sans détour : « Les architectes sont les cocus du Grand Paris. » « Il y avait un rêve formidable. Il a disparu », lâche, dépité, Roland Castro. Lire la suite

48h Chrono en Seine-et-Marne – 3/3

Le mardi 26 mars s’est axé sur la thématique de l’eau par le biais de la préservation de la nature et sur la thématique de l’aménagement via l’architecture historique et contemporaine. Le parcours  s’est concentré sur le nord du projet de parc.

La Conseillère régionale, Marie Richard, la Présidente de la Communauté de communes du Pays Fertois, Jeanine Beldent ainsi que le Maire de Couilly-Pont-aux-Dames et Président de l’Association des Elus pour le PNR Brie et Deux Morin, Jean-Louis Vaudescal devant les cryptes de Jouarre

–          Le lendemain, nous nous sommes rendus aux cryptes de la ville où de nombreux élus nous attendaient. Parmi eux, étaient présents Jeanine Beldent, Présidente de la Communauté de communes du Pays Fertois et Jean-Louis Vaudescal, Maire de Couilly-Pont-aux-Dames. Jouarre reste l’une des rares communes de la région à conserver intact autant de vestiges. Joyau du patrimoine et de l’art mérovingien, les cryptes demeurent un ensemble unique en Europe car elles sont les plus anciennes. Quant à la tour romane de l’abbaye qui abrite aujourd’hui le magasin du monastère, elle est sans doute le monument qui résume le mieux l’histoire de Jouarre. De son édification à la fin du XIe siècle sur des ruines carolingiennes en passant par la Révolution où elle est transformée en habitation annexée d’une forge, à son sauvetage après les deux Guerres mondiales qui ne l’avaient pas épargné, la tour a su traverser les siècles. Lire la suite

48h Chrono en Seine-et-Marne – 2/3

La première journée a suivi la vallée du Grand Morin, sous-affluent de la Seine par la Marne.

517

 

Avec la Conseillère régionale Josy Mollet-Lidy et la Présidente de la Communauté de communes du Pays Créçois

–          Le rendez-vous avait été donné à Crécy-la-Chapelle, au siège de la Communauté de communes du Pays Créçois. Sa Présidente, Patricia Lemoine, mais aussi nombre d’élus locaux et de représentants d’association étaient dès cette heure matinale présents. Chacun a pu s’exprimer sur ses attentes et les enjeux de ces 48h. Nous avions décidé de débuter par les problématiques de la vallée, liées à l’hydrologie avec l’illustration de l’entrée du PNR. Lire la suite

48h Chrono en Seine-et-Marne – 1/3

546 505

En Ile-de-France, le milieu rural et périurbain peut compter sur ses Parcs naturels régionaux (PNR). Véritables joyaux, ils sont aussi des outils de la politique d’aménagement régionale et contribuent à atteindre les objectifs régionaux notamment ceux concernant le Schéma Ile-de-France 2030. Ils participent ainsi tant à la maîtrise de la consommation des espaces verts qu’à l’attractivité de la région. Entre urbanisation et ruralité, nos quatre parcs accompagnent les collectivités dans leurs efforts d’intégration, de solidarité des territoires et des populations et de cohérences des politiques sectorielles. Ils interviennent en matière d’agricultures, de développement économique, notamment de dynamique artisanale et touristique ou encore d’environnement, de logement et d’équipements structurants comme de transports. Les PNR sont donc non seulement des territoires de préservation de l’authenticité et de la variété des patrimoines naturels, culturels et architecturaux, mais aussi désormais des espaces ouvert et fonctionnels : ce sont des laboratoires en matière de gouvernance, de recherche de qualité des espaces périurbains et ruraux et de développement durable. Tant en termes de continuités écologiques que de savoir-faire dans l’aménagement équilibré des territoires, les parcs naturels franciliens assurent un véritable réseau. Ils représentent aujourd’hui 15% de la superficie francilienne, constituent le premier espace écologique d’Ile-de-France et sont pour chaque territoire rural des périmètres d’expérimentation et d’innovation au service d’une politique régionale de développement et d’aménagement durable. Lire la suite

Les jardins partagés sont ici !

Depuis Juin 2011 et sur proposition des éluEs écologistes, le conseil régional a mis en place un nouveau dispositif d’encouragement à la création et à la gestion de jardins partagés. Jeudi 4 avril, seize nouvelles subventions d’un montant global de 105 188 € ont ainsi été votées. Ce dispositif a eu un succès inédit. A Aulnay-sous-Bois l’association ACSA (Association des Centres Sociaux d’Aulnay-sous-Bois) va créer 48 parcelles de jardins partagés au Printemps 2013 dans le quartier du Gros Saule.

En un an, le jury régional dédié s’est réuni trois fois et a primé 75 projets dans l’ensemble de l’Ile-de-France, attribuant en moyenne 4000 euros à chacun d’entre eux. Des montants qui permettent aux associations d’installer des abris de jardins, des clôtures, des composteurs et des réservoirs d’eau pluviale … « L’objectif de ce dispositif est d’aider les groupes citoyens et associatifs à reconquérir l’espace public et notamment ces jardins qui n’appartiennent à personne. La culture de fruits et légumes incite à échanger les savoir-faire entre générations et cultures et à promouvoir une nourriture de qualité », constate l’élu du Val de Marne, Jacques Perreux, qui a porté ce projet. Lire la suite

Europa City, ou l’art de construire des pistes de ski en banlieue parisienne

Vue des entrepôts logistiques et de Paris depuis les terres du triangle de Gonesse.

Les champs du « Triangle de Gonesse » (Val-d’Oise) ne s’étendent pas à perte de vue. Ils sont au contraire bien délimités, dans le sens des aiguilles d’une montre, par : l’aéroport de Roissy, les préfabriqués bleu roi de Castorama et d’Ikea, l’autoroute A1, l’usine de PSA-Aulnay, des entrepôts logistiques, l’aéroport du Bourget, une ancienne décharge et une friche industrielle. Au-dessus passent sans cesse des avions à basse altitude : on est tout près de Roissy, sur la Patte-d’Oie de Gonesse. L’article du Monde du 26 mars, revient sur ma position quant au projet d’Europa City et donne de la voix aux défenseurs de terres agricoles et aux opposants aux projets inutiles.

C’est sur ces terres, parmi les plus fertiles de France, que devrait être bâti à l’horizon 2020 (après enquêtes publiques, obtention des autorisations administratives et autres étapes) Europa City. Une sorte de temple du « temps libre » qui allie shopping, loisirs et culture sur le thème de « l’art de vivre à l’européenne ». Un complexe de 80 hectares porté par le groupe Auchan dans le cadre du Grand Paris, qui table sur près de 30 millions de visiteurs par an, soit presque deux fois plus qu’Eurodisney, « destination touristique la plus visitée d’Europe« , selon le parc. Lire la suite