Des chaudières alimentées en bois local (du gâtinais)

Démarche unique en Ile-de-France : une société coopérative est lancée aujourd’hui à Milly à l’initiative du parc naturel régional du Gâtinais Français (article du Parisien ci-dessous). Surnommé « pays des mille clairières et du grès » en raison des 3 rivières et nombreuses sources qui le ponctuent il est classé « Parc Naturel Régional » depuis bientôt 14 ans. Le Parc est aujourd’hui au cœur des préoccupations en matière de préservation de l’environnement et du patrimoine naturel et culturel. Il a un véritable rôle d’accompagnateur des communes dans leurs démarches d’urbanisme mais aussi de gestion des déchets, d’environnement, d’économie sociale et solidaire… Dans cette création de coopérative, c’est son action de promotion de savoir-faire local et de développement économique durable, local et non délocalisable qui se voit récompensé.

Ce bois-là ne va pas vraiment crépiter comme dans les cheminées traditionnelles. Mais il chauffera bientôt une partie des quelque 82000 habitants des 69 communes adhérentes au parc naturel régional (PNR) du Gâtinais (36 villes de l’Essonne, 33 en Seine-et-Marne). Aujourd’hui, une nouvelle entreprise va voir le jour à Milly-la-Forêt : la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Lire la suite

Le bio partout, grâce au développement de filières courtes

Ci-dessous un article du quotidien Métro en appui aux filières courtes que met en avant le schéma Ile-de-France 2030. A côté du GAB Ile-de-France, l’association Terre de Liens Ile-de-France mène également ce combat de sauvegarde des terres agricoles franciliennes.

La fameuse PAC (politique agricole commune mise en place à l’échelle européenne) va être révisée, comme le Plan Bio État-Région 20009-2013. Conséquence : la Région a défini un premier axe pour accompagner les exploitations vers le développement de pratiques respectueuses de l’environnement. « En Île-de-France, de nombreux néo-ruraux ne sont pas issus du milieu agricole, dévoile angélique Piteau, responsable communication, observatoire et partenariats associatifs du GAB Île-de-France. de plus, l’agriculture biologique nécessite de s’adapter aux sols, aux plants. elle est très technique. Il faut dons accompagner ces professionnels ». Deuxième axe : relocaliser la production et développer les circuits courts, grâce aux approvisionnements de la restauration collective, la structuration de filières franciliennes et d’une demande locale appuyée. dans cette logique, un autre acteur est devenu incontournable : l’Association pour le maintien de l’agriculture paysanne, plus connue sous le nom d’Amap. Ce réseau, soutenu par la Région, se fonde sur un partenariat direct paysan-consommateur et connaît un certain succès : 260 groupes l’ont intégré depuis sa création en 2003. « 67% des exploitations biologiques franciliennes qui vendent en direct, commercialisent leurs produits en Amap », précise angélique Piteau. Le Fife programme d’ailleurs plusieurs films sur les Amap et les circuits courts, tous réunis au sein d’un même programme « Consommer autrement », les 25 et 26 février au Cinéma des Cinéastes. dernier axe de soutien, mis en exergue dans le cadre du schéma directeur de la Région Île-de-France (Sdrif), et qui entre directement dans les compétences de la Région : préserver les espaces agricoles et leurs fonctionnalités. Pour que l’agriculture biologique s’inscrive durablement dans le paysage urbain et périurbains.

Pour une baisse de la TVA sur les biens de première nécessité

Lors du conseil municipal du jeudi 21 février, le groupe des élus Verts Aulnay Écologie a proposé un vœu pour une TVA à taux réduit sur le logement (cf article du journal Le Parisien ci-dessous), mais aussi sur la culture et les transports. Une pétition pour l’avenir du logement social, que vous trouverez plus bas, a aussi été créer et relayé notamment via Médiapart. Les élus écologistes cherchent, en effet, un large consensus autour d’un vœu portant non seulement sur un rétablissement d’un taux de TVA réduit sur le logement mais aussi, sur la culture et les transports (cf vœu ci-dessous).

Article du Journal Le Parisien – Jeudi 21 février 2013

Les Verts militent pour le logement

Les élus verts d’Aulnay-sous-Bois s’inquiètent à leur tour d’une hausse annoncée de la TVA sur le logement, la culture et les transports (elle passerait en 2014 de 7 à 10 %). « Cette décision, si elle se confirmait, rendrait impossible la mise en oeuvre des engagements du président de la République pour la construction de 150 000 logements sociaux par an […] », indiquent-ils dans un communiqué. Les élus écologistes proposeront ce jeudi au conseil municipal, présidé par le socialiste Gérard Ségura, un voeu en faveur d’un abaissement de cette taxe à 5 % sur les « biens de première nécessité ». Avant eux, d’autres élus de gauche ont déjà pris position en faveur de cette mesure dans le 93, comme le président du conseil général, Stéphane Troussel (PS), ou l’élu de Saint-Denis, Stéphane Peu (PC). Lire la suite

La marche vers la conversion écologique et sociale de l’Ile-de-France

Les éluEs EELV se réjouissent de la création de la Société d’économie mixte « Energies Posit’if », qui sera présidée par Hélène Gassin, Vice-présidente en charge de l’énergie et de l’environnement. Ce nouveau service public sera dédié à l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables. Un article de la revue Environnement Magazine nous rappelle le rôle de cette instance décidée en Novembre dernier.

La Région Île-de-France lance sa Société d’économie mixte « Énergies Posit’If ». Opérationnelle début février, cette structure innovante servira de catalyseur au marché francilien des renouvelables et de la rénovation thermique. Retour sur l’interview qu’accordait en novembre dernier à la rédaction d’Environnement Magazine, la vice-présidente du conseil régional, Hélène Gassin. Lire la suite

Les parcs naturels en quête d’un développement durable

Dans lAlternative Économique de novembre, un dossier intéressant relatif aux parcs naturel régionaux… mes pêchés mignons. Le journaliste y montre un des rôles primordiaux des parcs qu’est l’alliance au sein d’un territoire et pour ses habitants, du développement économique et social avec la préservation du patrimoine naturel. En Ile-de-France, 4 parcs accomplissent cette mission entre expérimentation et préservation du patrimoine naturel, architectural et culturel : le Vexin Français en direction de la Picardie et de la Normandie, Oise-Pays-de-France en coopération avec le département picard de l’Oise, le Gâtinais Français au sud du territoire régional et celui de la Haute Vallée de Chevreuse dans son sud-ouest. Deux autres parcs sont actuellement en projet : le Bocage Gâtinais en coopération avec les régions Centre et Bourgogne et Brie et Deux Morin à l’est de l’Ile-de-France.

Comment mettre l’activité économique au service de tous et l’inscrire dans une dynamique soutenable ? Comment redonner aux habitants d’un territoire le sentiment qu’ils maîtrisent leur avenir ? C’est le défi que s’efforcent de relever, à leur niveau, les 48 parcs naturels régionaux. Ces structures, qui rassemblent des espaces à dominante rurale dotés d’une grande valeur patrimoniale mais souvent fragiles économiquement, abritent aussi plus de 3,5 millions d’habitants. Lire la suite

Révélateurs de Talents : à Aulnay, le numérique se personnalise

Invité jeudi dernier à la remise des prix de la 4ème saison du concours Révélateurs de Talents qui avait lieu à Aulnay-sous-Bois, au centre de recherche L’Oréal, j’ai été fortement impressionné par le caractère pêchu de la lauréate, Syvie Marega. Cet évènement auquel j’avais déjà été associé en tant que jury il y a trois ans vise à sensibiliser les habitants sur le développement économique. Les talents révélés cette année, sont encore bien prometteurs. L’article ci-dessous publié dans le Parisien, en dévoile certains acteurs.

Ce pourrait devenir l’une de ces succes storys dont les Américains sont friands. L’histoire d’une jeune maman sevranaise, au chômage, qui s’est mise à fabriquer des tablettes tactiles « comme ça, pour [s]’amuser ». La marque Lalitech concurrencera t-elle un jour les géants appel et Samsung ? On en est loin, mais les jurés du concours révélateur de talents ont été bluffés, au point de décerner à Sylvie Marega le premier prix dans la catégorie jeunes créateurs; Il y a  de quoi, face à ce petit bout de femme de 26 ans, débrouillarde et audacieuse. En 2009, un BTS de management en poche, Sylvie Marega ne trouve pas de travail. Elle s’ennuie et, depuis son appartement dans une cité sevranaise, anime des forums Internet de geeks (fans de nouvelles technologies). « Je me suis mise à bidouiller sur mon ordinateur pour créer des pages Internet, à aller en bibliothèque, à lire des magazines informatique, au grand étonnement de mes amis », confie-t-elle dans un éclat de rire.

Avec ses petits moyens, elle finit par créer un modèle de tablette, le présente sur Internet. « En quelques jours, j’ai reçu plein d’appels et de mails de gens prêts à passer commande. J’ai dû expliquer que le produit n’était pas encore fabriqué, mais j’ai quand même reçu des commandes ». Pour faire fabriquer ses prototypes, elle étudie alors la carte d’Asie. Le « made in France », Sylvie y a avait bien pensé, mais elle a vite renoncé : « Ce n’est pas une question de coût, parce que faire fabriquer les tablettes en Chine me revient plus cher. C’est simplement que les fabricants français n’ont pas cru au projet ». Lire la suite

Soutien au combat du Maire de Sevran, Stephan Gatignon

Stéphane Gatignon, maire de Sevran, a décidé d’entamer vendredi 9 novembre 2012 une grève de la faim. Estimant que c’est là son devoir de maire, il demande au parlement d’attribuer aux villes les plus pauvres de France les dotations nécessaires à l’équilibre de leur compte et au maintien des services publics dans leur territoire. Le groupe EELV lui apporte tout son soutien.

Vous trouverez ci-après, ma réaction en tant qu’élu EELV de Seine-Saint-Denis, la déclaration de Stéphane Gatignon, le billet-interview de l’AFP d’aujourd’hui.

Commencer par réaffirmer l’importance cruciale de l’environnement !

Un bel article du Monde qui interroge Nicolas Hulot sur ses sentiments quant au véritable changement que fera ou non François Hollande à quelques jours de la conférence environnementale. Tenue les 14 et 15 septembre elle réunira autour du gouvernement, ONG, syndicats, patronat et parlementaires. L’animateur et journaliste craint que l’environnement soit une fois de plus sacrifié à la crise économique et sociale…

Nicolas Hulot, en avril 2011.

Il appelle François Hollande à donner le cap de la transition écologique et à prendre en compte les propositions concrètes de la société civile.

« Lors de son intervention télévisée, dimanche 9 septembre, François Hollande a surtout évoqué la crise économique. Pensez-vous que la nouvelle majorité a la volonté de mener à bien la transition écologique ?

La conférence environnementale des 14 et 15 septembre sera un moment de vérité qui permettra de juger si le gouvernement a une ambition à la hauteur des enjeux écologiques qui sont aujourd’hui les nôtres. Un moment de vérité pour la gauche.Cela dit, le président de la République a tout de même dessiné quelques pistes lors de son entretien. A commencer par la fiscalité. Nous plaidons depuis longtemps pour que la fiscalité du travail se déplace vers deux autres assiettes. La première, écologique, concerne les prélèvements opérés sur les ressources naturelles ; la seconde vise à une meilleure prise en compte des revenus autres que le travail, ceux du capital, notamment.Dimanche, François Hollande a ouvert ce débat. J’espère que nous allons vite y entrer de plain-pied. La fiscalité écologique ne peut pas être abordée par la seule création d’un impôt supplémentaire. Il est nécessaire de développer une vision d’ensemble afin de convaincre les Français, et notamment les classes moyennes et les plus défavorisées, qu’on ne chargera pas davantage leur barque.Le président a également évoqué la question du rôle à venir des banques publiques d’investissement, l’une dédiée aux PME, l’autre aux collectivités territoriales. Mais reste à savoir si le gouvernement est bien décidé à faire de la transition énergétique et écologique l’axe prioritaire du développement économique de demain. Lire la suite

Finissons-en avec la crise : innovons, mais socialement

Ami, Jean-Marc Brûlé est aussi le Président de l’Atelier, Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire et conseiller régional d’Ile-de-France. Dans une tribune parue ce mardi dans Libération, il nous démontre, en quelques exemples et avec une écriture simple mais frappante, que tout nous pousse aujourd’hui à soutenir l’intelligence collective et l’économie sociale et solidaire.
« La France est en mal d’imagination, de renouveau, d’innovation. C’est ce qui se joue à chaque fermeture d’usine. C’est ce qui s’est joué à Aulnay-sous-Bois, Gémenos ou Clairoix. Les dirigeants de PSA, Fralib ou Continental n’ont pas vu arriver la fin de cycles économiques et ont privilégié la rentabilité financière à court terme plutôt que la nécessaire transition de leurs groupes. Il s’agit non seulement de répondre aux attentes des consommateurs, mais, surtout, d’imaginer de nouvelles solutions, de s’appuyer sur l’intelligence des salariés pour faire émerger des idées innovantes. Mais ces dirigeants se sont contentés du principe selon lequel «on a toujours fait comme cela, pourquoi changer ?» Et, en parallèle, des aides d’État sont demandées et attribuées sans contrepartie. La gravité de la situation est telle qu’il nous faut tout revoir, changer de mode de développement et repartir d’une page blanche pour écrire la suite de notre histoire. Lire la suite

La transition écologique, c’est maintenant !

Voici  une chronique de collègues écologistes relative à la transition écologique qu’il nous faut démarrer. Parue aujourd’hui dans Libération, la Réponse à la Gauche durable : lançons la transition écologique,  montre l’évidence de la construction d’une réelle alternative au modèle dominant actuellement.

L’article argumente le fait que notre logique économique augmente l’étalement urbain qui lui-même « détruit le foncier agricole et la biodiversité et va de pair avec une moindre densité et efficacité des services publics et des transports collectifs, de la couverture médicale, de la qualité de l’offre de loisirs et de culture ».

Couverture du hors série n°55 du mensuel Politis relatif à la transition écologique

En voici la teneur :

« Face à une crise sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, la victoire de François Hollande nous impose de réussir non seulement l’alternance, mais aussi de construire une réelle alternative au modèle dominant. D’autant qu’un spectre hante notre démocratie : celui d’une alliance entre la droite et l’extrême droite. Face à cela, il nous faut inventer un nouveau modèle. L’appel «Pour une Gauche durable», lancé en juillet par dix parlementaires socialistes (1), s’inscrit, nous semble-t-il, dans cette exigence. Ce collectif important d’élus socialistes engage publiquement à renouveler le logiciel social-démocrate et affirme avec courage que «l’appel à la croissance pour relancer l’emploi ne suffira pas». Lire la suite