Une maison de Parc écologique et économe pour le Gâtinais français

Samedi 1er juin a été inauguré la Maison du Parc Naturel Régional du Gâtinais français, à Milly-la-Forêt. Accueilli par Emmanuelle Guilmault, Directrice du Parc; entouré de Liliane Pays, 1ère Vice-Présidente du Parc, Présidente de NatureParif et Conseillère régionale et de Jacques Picard, membre du bureau du Parc et Conseiller régional; et accompagné de Jean-Jacques Boussaingault, Président du Parc, de François Orcel, Maire de Milly-la-Forêt, de Vincent Eblé, Président du Conseil général de Seine-et-Marne ou encore de Claire-Lise Campion, Vice-présidente du Conseil général de l’Essonne, j’ai dans la matinée, coupé le fameux ruban tricolore intronisant l’ouverture  » à tous » de cette nouvelle maison remplaçant les pré-fabriqués d’auparavant.

Photo 067

Vue d’ensemble du bâtiment de la Maison du parc, ses boiseries, ses nichoirs et sa forme typique de la région

 

Photo 081

Alain Amédro, lors de son discours

Conçue, à l’image du territoire, la Maison du Parc en est dormais la vitrine. Elles est un projet innovant sur plusieurs points. Elle s’inspire des caractéristiques architecturales de Milly-la-Forêt et sa région, tant par sa forme compacte du bâtiment (rappelant celle d’un séchoir à plantes), que par la recherche d’une continuité entre le tissu urbain et les paysages typiques du Gâtinais. Quant aux matériaux utilisés, ils proviennent en majorité de sites locaux et les systèmes constructifs, adaptés pour la construction du bâtiment ont été murement réfléchis et valorisent les techniques de construction les plus avancées au regard des normes environnementales. Lire la suite

Des chaudières alimentées en bois local (du gâtinais)

Démarche unique en Ile-de-France : une société coopérative est lancée aujourd’hui à Milly à l’initiative du parc naturel régional du Gâtinais Français (article du Parisien ci-dessous). Surnommé « pays des mille clairières et du grès » en raison des 3 rivières et nombreuses sources qui le ponctuent il est classé « Parc Naturel Régional » depuis bientôt 14 ans. Le Parc est aujourd’hui au cœur des préoccupations en matière de préservation de l’environnement et du patrimoine naturel et culturel. Il a un véritable rôle d’accompagnateur des communes dans leurs démarches d’urbanisme mais aussi de gestion des déchets, d’environnement, d’économie sociale et solidaire… Dans cette création de coopérative, c’est son action de promotion de savoir-faire local et de développement économique durable, local et non délocalisable qui se voit récompensé.

Ce bois-là ne va pas vraiment crépiter comme dans les cheminées traditionnelles. Mais il chauffera bientôt une partie des quelque 82000 habitants des 69 communes adhérentes au parc naturel régional (PNR) du Gâtinais (36 villes de l’Essonne, 33 en Seine-et-Marne). Aujourd’hui, une nouvelle entreprise va voir le jour à Milly-la-Forêt : la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Lire la suite

La marche vers la conversion écologique et sociale de l’Ile-de-France

Les éluEs EELV se réjouissent de la création de la Société d’économie mixte « Energies Posit’if », qui sera présidée par Hélène Gassin, Vice-présidente en charge de l’énergie et de l’environnement. Ce nouveau service public sera dédié à l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables. Un article de la revue Environnement Magazine nous rappelle le rôle de cette instance décidée en Novembre dernier.

La Région Île-de-France lance sa Société d’économie mixte « Énergies Posit’If ». Opérationnelle début février, cette structure innovante servira de catalyseur au marché francilien des renouvelables et de la rénovation thermique. Retour sur l’interview qu’accordait en novembre dernier à la rédaction d’Environnement Magazine, la vice-présidente du conseil régional, Hélène Gassin. Lire la suite

La Région en lutte contre la précarité énergétique

Communiqué de presse

La Région Ile-de-France aide les ménages les plus modestes à faire face à la précarité énergétique

Séance plénière du 23 novembre 2012

 

Pour : PSR et app, EELV, FDG et A, FDG, PRG – MUP

Abstention : MP, UDI

Campagne d’affichage de la Fondation Abbé Pierre en décembre 2011

L’Ile-de-France compte 700 000 personnes en situation de précarité énergétique, c’est à dire que plus de 10 % de leurs revenus leur sert à payer les factures de gaz ou d’électricité.

Face à cette situation préoccupante, Jean-Paul Huchon, Président de la Région Ile-de-France, et Hélène Gassin, Viceprésidente en charge de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie, ont fait voter ce jour un programme inédit de coordination des acteurs locaux et d’intensification des aides financières pour aider les ménages à rénover leurs logements. Lire la suite

Et elles sont passées où les promesses ?

Image

Hier dans Libération, le dessin de Willem m’a fait sourire, enfin, d’un point de vu sarcastique…

L’image fait suite aux propos d’Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif et soutenu par Manuel Valls, Ministre de l’intérieur. Pour les socialistes et contrairement aux promesses électorales de François Hollande, le nucléaire serait « une filière d’avenir » ?

Le discours a fait mouche et pas seulement chez les écologistes. Le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault s’est empressé de rappeler la position du gouvernement qui est de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité. Cette dernière est bien celle issue de l’accord entre les écologistes et les socialistes et cela rassure.

 

Permis de construire pour la Maison de l’Île-de-France

Selon le mensuel du BTP et de la construction, le Moniteur du mois d’août, la première « maison » à énergie positive de la Cité internationale  accueillera ses étudiants et chercheurs en 2014. Parce qu’il n’y avait pas eu de nouvelles « maisons universitaires » depuis plus de 40 ans, parce que sa construction est entièrement financée par la Région Île-de-France et parce qu’il s’agit d’un bâtiment à énergie positive, ,  l’évènement est loin d’âtre anodin.

crédits : Anma©The Nood

« La Cité internationale universitaire de Paris (Ciup) va se doter, à l’automne 2014, d’un 38e pavillon : la Maison de l’Ile-de-France (142 chambres, 5 000 m2). Le permis de construire vient d’être déposé. « C’est un événement : on n’avait pas construit de pavillon depuis 1968 », explique Carine Camby, déléguée générale de la Ciup. « Cette Maison favorisera la mobilité internationale des étudiants et renforcera l’attractivité de l’Ile-de-France », note Isabelle This Saint-Jean, vice-présidente du conseil régional, seul entité à financer ce projet (21.64 millions d’euros). Lire la suite

Extraction hydraulique ou eau, il faut choisir

Le gaz de schiste, ou plus précisément, sa méthode la plus répandue pour le récupérer, à savoir la fracturation hydraulique, est à l’honneur des médias Le Monde, Rue89 et Libération aujourd’hui et Le Figaro, Le Point ou encore 20minutes hier.

L’article le plus marquant ne concerne toutefois pas directement l’Île-de-France. Il s’agit d’une page du Monde intitulé « Aux États-Unis, l’eau manque pour permettre la fracturation hydraulique ». On nous y démontre une fois de plus que cette extraction pollue les sols et les ressources en eau, mais aussi qu’elle épuise ces dernières de manière démentielle et sans prise de conscience. L’eau et doit rester un bien POUR TOUS aux États-Unis comme en Île-de-France.

Sorti en 2010 le film documentaire Gasland a pour objet l’impact environnemental et sanitaire de la méthode d’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique

Lire la suite

Un éclairage public moins énergivore pour nos villes

Ci-dessous un extrait d’un article des Echos d’aujourd’hui relatif à l’éclairage public en ville, au montant ainsi qu’à l’énergie qu’elle requière. Suite aux lois Grenelle mais surtout à un simple calcul et à une vision plus « écolo/nomique », des maires, de nombreuses villes penchent pour un éclairage plus en douceur.
Au delà du gaspillage énergétique, éviter les excès d’éclairage artificiel est également essentiel pour préserver les écosystèmes et la santé humaine. Briser l’alternance naturelle du jour et de la nuit perturbe en effet considérablement la faune et la flore. D’autant plus que l’homme ne serait pas épargné par cette exposition prolongée à la lumière artificielle.

Pour réduire le coût de l’éclairage public, qui représente environ 20 % de leur facture d’énergie, les communes accélèrent la mise en place de programmes de baisse de la consommation. Lire la suite