Inventaire public de la biodiversité du futur parc naturel régional de la Brie et deux-Morins

Participez à l’inventaire de la biodiversité – Le Parisien du 18 juin 2011

« Inutile de partir vers de lointains horizons pour découvrir de nouvelles espèces. Demain, Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité, organise pour la première fois un « inventaire éclair » en région parisienne. Elle invite, avec le conservatoire botanique d’Ile-de-France, tous les habitants à participer au recensement de la faune et de la flore.
Equipés de filets à papillons et de petites boîtes-loupes — tout est prêté —, vous découvrirez la biodiversité dans le périmètre du futur parc naturel régional de la Brie et des Deux- Morins. Le grand public est invité à suivre les naturalistes sur les chemins de Saint-Cyr et Saint-Ouen-sur-Morin.

« Nous voulons attirer l’attention des Seine-et-Marnais sur la richesse du patrimoine naturel qui les entoure et éveiller peut-être, grâce ce recueil, des passions et des énergies, s’enthousiasme Grégoire Loïs, naturaliste de Naturparif. Ce futur parc naturel régional est un des hauts lieux de la vie sauvage en Ile-de-France, à l’image du masif de Rambouillet, de Fontainebleau, de la Bassée et du Vexin ». Grégoire Loïs anime trois sorties en journée et une de nuit axée sur les chauves-souris.

Cette vallée est l’un des joyaux de la Seine-et-Marne

Une trentaine de naturalistes participent bénévolement à cet inventaire éclair, venus du Muséum d’histoire naturelle, du Conservatoire botanique du Bassin parisien ou de l’Association des naturalistes de la vallée du Loing (incollables sur les papillons de nuit). Le spécialiste français des limaces et mollusques se joindra à cette journée de recensement. Objectif : relever la plus grande variété d’espèces animales et végétales. « Cette vallée est peu prospectée et méconnue, estime Pierre Rivallin, qui cherchera demain des oiseaux et libellules rares. C’est pourtant l’un des joyaux de la Seine-et-Marne. Cette opération permet aussi de créer du lien social et aussi de regrouper les naturalistes qui travaillent en solitaire. » La vallée du Petit Morin abrite des espèces rares. Elle plaît par exemple au sonneur à ventre jaune, seul lieu de la région parisienne où vit ce crapaud. Tout comme au bythinelle des moulins, un escargot d’eau d’un millimètre et demi. Naturparif restituera les résultats de cet inventaire lors d’une réunion publique au mois de septembre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *