Cap sur l’aménagement de la région à l’horizon 2030

Ci-dessous et à quelques heures de la clôture de l’enquête publique sur le projet Ile-de-France 2030, un article tiré du Parisien économie de ce jour (page 12). Résoudre le problème des transports est crucial pour développer l’activité en Ile-de-France. Adapter nos centres-ville à ces nouvelles perspectives fera aussi partie des enjeux.

Le projet de schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) voté en octobre, est consultable sur Internet et dans une trentaine de lieux physiques (siège de la région et mairies) jusqu’au 14 mai. Toutes les entreprises sont invitées à y répondre, car elles sont concernées par ce document d’aménagement et d’urbanisme qui vise à donner un cadre à l’organisation du territoire francilien à l’horizon 2030. « Les défis sont sociaux, environnementaux et économiques, explique Alain Amédro, vice-président de la région chargé de l’aménagement du territoire. Aujourd’hui, 91% de l’alimentation que nous consommons vient de l’extérieur. Nous devons gérer les circuits de vente et de transformation. Nous voulons aussi optimiser les zones d’activités existantes et sécuriser les entrepreneurs comme les agriculteurs, sans être dans l’opposition entre environnement et économie. Les agriculteurs doivent pouvoirs s’installer sans se demander si on ne va pas les chasser dans dix ans. » Le plan local d’urbanisme (PLU) devra aussi intégrer la notion d’artisanat et de commerce. « On a attiré notre attention sur le fait que, souvent, dans les zones d’activités, on mettait à disposition des artisans des locaux inadaptés à leur développement. Nous devons réfléchir à de solutions. »

Une population qui augmente

Il s’agit aussi de relier les zones d’activités ou de consolider les réseaux de transports existants. Car un Francilien consacre en moyenne une heure trente à se déplacer chaque jour. Un sur cinq passe même plus de deux heures dans les transports en commun ou dans sa voiture. Selon Alain Amédro, « des zones comme Le Bourget, Le Blanc-Mesnil, Tremblay ont des activités avec un fort potentiel de développement. Les PME qui s’y implantent attendent qu’on sécurise leur développement, notamment en assurant le rapprochement de l’emploi et l’habitat ». Les études estiment que l’Ile-de-France, qui comptait en 2009 quelque 11.7 millions d’habitants, sera pêuplé par 12.78 millions de personnes d)à l’horizon 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *