Ile-de-France 2030, les scénarios qui bousculent

Imaginer la vie des Franciliennes et des Franciliens en 2030 : leurs modes d’habitat, de mobilité, de vie, leurs lieux de travail et de loisirs, les aménagements urbains et les équipements qui leur seront nécessaires, …est un exercice complexe, stimulant, vertigineux. C’est pourtant un exercice essentiel et salvateur pour conduire à bien la réflexion prospective sur le devenir du territoire régional. C’est ce qui a présidé à l’existence des Ateliers de création urbaine depuis bientôt cinq ans : chaque année depuis lors, les Ateliers permettent de questionner et de croiser les points de vue d’étudiants d’horizons divers, futurs professionnels de la ville, avec ceux de professionnels, d’experts et d’élus, afin de construire au fil des sessions des imaginaires possibles pour l’Ile-de-France des vingt prochaines années.

Après de précédentes sessions dédiées au tourisme, au commerce, à l’eau dans la ville, aux futurs possibles, cette cinquième édition intitulée « Regards croisés sur l’Ile-de-France de 2030 » est d’une portée toute singulière. Les Ateliers de création urbaine y ont accompagné en effet la dernière ligne droite de la révision du Schéma directeur d’Île-de-France. Les écoles devaient cette année présenter des réflexions et des pistes à même d’alimenter peu ou prou le document régional. Les grands enjeux et les équilibres de l’aménagement régional abordés dans ce cadre sur certaines thématiques ou portions de territoire, auront ainsi essaimé le projet régional d’autant de réflexions, propositions et illustrations qui se seront avérées originales, décalées, déstabilisantes voire parfois provocatrices. Mais qui, cependant, auront toujours été sources d’enrichissement pour la réflexion urbaine. Elles confirment une fois encore que les Ateliers de création urbaine sont un acteur important dans la construction de l’imaginaire métropolitain. Les projets présentés par les différentes écoles nous livrent ainsi de nouvelles représentations de l’Ile-de-France qui peuvent révéler des potentialités insoupçonnées pour certains territoires où le mieux vivre ensemble, l’intégration des problématiquement environnementales, la participation citoyenne, le renouvellement urbain, les nouvelles technologies, l’esprit d’innovation,… contribuent peu à peu à édifier de nouvelles valeurs urbaines collectivement portées.

Je constate du reste avec satisfaction, et avec un non moins grand soulagement, que le socle des réflexions, déclinées au fil des différentes sessions au sein des Ateliers, entre souvent en résonance avec le projet régional Ile-de-France 2030 tel qu’il a été élaboré. Ce modèle urbain a pour visée d’engendrer la compacité, l’intensité, la solidarité, la multipolarité et la sobriété. Ce modèle urbain cherche la cohérence d’ensemble dans le rééquilibrage territorial, le mieux vivre ensemble, il conforte l’attractivité du territoire et son adaptation face aux défis de la transition écologique, énergétique et économique, et développe la préservation et la valorisation des ressources naturelles et du patrimoine.

Certains principes d’aménagement portés par le projet régional semblent ainsi faire partie des préoccupations d’une grande majorité de contributeurs des Ateliers. J’en retiendrai quelques-uns uns qui me tiennent plus particulièrement à cœur pour le devenir régional.

Le rééquilibrage du territoire francilien en est un, qui conduit au renforcement des bassins de vie pour lesquels chacun d’entre eux est tout autant contributif que les autres. La mixité et la proximité des fonctions et des aménités urbaines qui sont nécessaires pour leur développement, passe par une équation forte liant l’habitat, les mobilités et les activités. Pour ce faire, le déploiement massif de logements de haute qualité environnementale est une nécessité, de même qu’une mobilité quotidienne apaisée et consentie, des services urbains et des équipements structurants répartis sur l’ensemble du territoire.

La maîtrise de l’étalement urbain et du gaspillage du foncier, des espaces naturels et agricoles font également partie de ces préoccupations partagées. Elles impliquent de mettre en œuvre le renouvellement de la ville sur la ville, une densification et une intensification urbaine de qualité, que ce soit en cœur de métropole comme autour des quartiers de gares, des zones d’activités existantes et des pôles de centralité. L’organisation des circuits courts, la valorisation de la production agricole locale, la reconquête des espaces de ressourcement doivent les accompagner. Cette ville intense correspond avant tout à une recherche qualitative de ce à quoi peut permettre l’urbanité.

Enfin, l’adaptation au changement climatique et énergétique comme la valorisation et la préservation des ressources naturelles, de la biodiversité et du patrimoine au sens large, constituent des principes forts contribuant à un aménagement durable. L’intégration de la ressource en eau en milieu urbain, le maillage des liaisons vertes et des corridors biologiques, le recyclage au plus près des sources, la reconnaissance du patrimoine ordinaire comme du paysage et de l’identité des lieux, participent de cette même volonté de constituer un territoire robuste et résilient.

Aussi en réponse à ces quelques grands défis partagés, les propositions des Ateliers de création urbaine constituent un véritable réservoir d’idées et de réflexions qui enrichissent au final la culture d’innovation urbaine régionale. Le schéma directeur Ile-de-France 2030, voté en octobre dernier par l’Assemblée régionale, a ainsi puisé tout au long de son élaboration dans les propositions de l’Atelier de création urbaine, les intégrant dans les défis et objectifs, les orientations, la mise en œuvre projetée du document. De même, dès lors que l’enquête publique, puis l’adoption définitive par l’Etat d’ici la fin de l’année auront abouti, le schéma directeur continuera à s’en inspirer tout au long de sa mise en œuvre opérationnelle.

Le schéma directeur Ile-de-France 2030 permettra alors à la Région de s’engager dans la construction d’un territoire résolument tourné dans le développement durable dans lequel chacun, collectivités, acteurs de la ville, société civile, pourra contribuer et bénéficier équitablement de l’attractivité et du rayonnement francilien.

Je remercie toutes celles et tous ceux qui ont contribué à cet important rendez-vous régional, les professeurs, les experts, les élus et en premier lieu les étudiants à qui je dédie tout particulièrement cet ouvrage. C’est en pensant aux générations actuelles et futures que ce projet a été façonné. Aussi je souhaite que ces Ateliers se poursuivent annuellement avec autant de succès, afin d’accompagner au mieux la mise en œuvre du projet d’Ile-de-France 2030.

Régionalement vôtre,

Texte extrait de mon introduction au livre Ile-de-France 2030

Les scénarios qui bousculent, 5ème session

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *