48h Chrono en Seine-et-Marne – 3/3

Le mardi 26 mars s’est axé sur la thématique de l’eau par le biais de la préservation de la nature et sur la thématique de l’aménagement via l’architecture historique et contemporaine. Le parcours  s’est concentré sur le nord du projet de parc.

La Conseillère régionale, Marie Richard, la Présidente de la Communauté de communes du Pays Fertois, Jeanine Beldent ainsi que le Maire de Couilly-Pont-aux-Dames et Président de l’Association des Elus pour le PNR Brie et Deux Morin, Jean-Louis Vaudescal devant les cryptes de Jouarre

–          Le lendemain, nous nous sommes rendus aux cryptes de la ville où de nombreux élus nous attendaient. Parmi eux, étaient présents Jeanine Beldent, Présidente de la Communauté de communes du Pays Fertois et Jean-Louis Vaudescal, Maire de Couilly-Pont-aux-Dames. Jouarre reste l’une des rares communes de la région à conserver intact autant de vestiges. Joyau du patrimoine et de l’art mérovingien, les cryptes demeurent un ensemble unique en Europe car elles sont les plus anciennes. Quant à la tour romane de l’abbaye qui abrite aujourd’hui le magasin du monastère, elle est sans doute le monument qui résume le mieux l’histoire de Jouarre. De son édification à la fin du XIe siècle sur des ruines carolingiennes en passant par la Révolution où elle est transformée en habitation annexée d’une forge, à son sauvetage après les deux Guerres mondiales qui ne l’avaient pas épargné, la tour a su traverser les siècles.

Une Maison à la Ferté-sous-Jouarre

Une Maison à la Ferté-sous-Jouarre

–          Notre « tournée » a ensuite pris la route de Luzancy en passant par la Ferté-sous-Jouarre, capitale mondiale de la meulière. Cette dernière nous a été décrite par son ancien Maire et aujourd’hui Vice-présidente du Conseil général et conseillère régionale, Marie Richard.

Les carrières de Luzancy

–          Changement de décor à notre arrêt à Luzancy. Ces carrières qui ont une capacité de production  annuelle d’environ 300.000 tonnes de granulats offrent un exemple de reconversion écologique. Accompagnés du carrier Fabrice Frébourg nous nous sommes rendus sur le lieu d’exploitation bordant le site Natura 2000 des Boucles de la Marne. Toujours présent, Pierre Doerler s’est aussi exprimé sur ce territoire particulier.

IMG_5764 –          Un long circuit commenté par le naturaliste de Seine-et-Marne Environnement Christophe Parisot nous a par la suite fait traverser des boucles de la Marne jusqu’à Vendrest et Mary-sur-Marne où nous avons déjeuné au Quai des Brumes, brasserie au bord de Marne. Le Président du Parc du Gâtinais Français, Jean-Jacques Boussaingault ainsi que la directrice du parc et membre de la Fédération des Parcs Naturels Régionaux, Emmanuelle Guilmault nous ont à cette occasion rejoint. Surnommé « pays des mille clairières et du grès », ce Parc voisin est classé Parc Naturel Régional depuis bientôt 14 ans. Le Parc est aujourd’hui au cœur des préoccupations en matière de préservation de l’environnement et du patrimoine naturel et culturel. Il a un véritable rôle d’accompagnateur des communes dans leurs démarches d’urbanisme mais aussi de gestion des déchets, d’environnement, d’économie sociale et solidaire… L’action du parc a également permis de mettre en valeur des productions agroalimentaires locales comme la menthe poivrée, le cresson et le miel, toutes labélisées « Marque Parc ». Le déjeuner a permis un bon temps d’échange avec les rapporteurs : leurs impressions, leurs regrets mais surtout leurs conseils et la suite de la procédure pour chacun des organismes. Les commissions du CNPN et de la Fédération qui de mai, donneront un avis important qui guidera nos choix et actions. Il nous appartiendra alors de déterminer quelle continuation nous souhaitons donner au projet. Mon sentiment aujourd’hui, reste qu’un Parc Naturel Régional est nécessaire à ce territoire. Seulement, le périmètre comme nos objectifs primordiaux que nous désirons inscrire dans la charte doivent être mieux précisés. Ce travail se fera au regard des avis donnés et de ces deux journées de visite.

L’usine élevatoire de Villers-les-Rigault

–          A deux minutes de là, Michel Gaudin, responsable de gestion, nous ouvrait les portes de l’usine élévatoire de Villers-les-Rigault. Usine de pompage construite sous Napoléon III, elle complétait les apports d’eau du canal de l’Ourcq par des prélèvements en Marne. Si aujourd’hui le pompage ne s’effectue plus qu’à l’autre usine de Trilbardou, la machine, classée aux Monuments Historiques, offre un témoignage de l’évolution technologique dans l’utilisation de l’énergie hydraulique.

IMG_5817

La réserve naturelle régionale Congis-sur-Thérouane

–          En milieu d’après-midi, nous étions de nouveau sur un terrain lié aux carrières. A Congis-sur-Thérouane se trouve en effet le domaine du Grand Voyeux, récemment classé Réserve Naturelle Régionale. Hérité d’une gravière, ce patrimoine naturel d’étangs, de prairies et de roselières de 241 ha sera bientôt laissé en accès réglementé aux passionnés des oiseaux (où 272 espèces ont été répertoriées). Quelques pas dans cette boucle d’eau, de faune et de flore accompagné du Maire, Francis Elu, de spécialistes de l’Agence des Espaces Verts d’Ile-de-France (AEV), Arnaud Tositti et Jacques Lorrain ainsi que d’un ornithologue, Guy Jarry, ont fini par nous séduire malgré le vent bien présent.

Trilport a été lauréat pour son projet de nouveau quartier urbain

–          La dernière étape du circuit, Trilport, nous ramena sur un territoire plus urbanisé avec les démarches de développement durable.  Amenée par son Maire, Jean-Michel Morer, cette commune s’est engagée dans des démarches de développement durable. Elle fut ainsi la première commune d’Ile-de-France de moins de 5 000 habitants à avoir lancé un agenda 21 en 2005. Pour accompagner sa démarche, la municipalité a contracté un partenariat avec l’Arene Ile de France (Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies en île de France). Aujourd’hui, Trilport porte nombre de projets dont ceux du Nouveau Quartier Urbain l’Ancre de Lune, lauréat de l’appel à projet de la région Ile-de-France ou encore le pôle de transport multimodal d’intérêt intercommunal.

525–          Enfin, après la traversée de Meaux, ville pressentie ville-porte, un débriefing des deux jours de visite a eu lieu avec la Préfecture. Les deux rapporteurs se sont davantage exprimés sur la suite à donner à cette manifestation qui leur a permis de rencontrer un territoire riche de par ses habitants, ses élus, son patrimoine culturel, architectural et naturel, ses savoirs, son histoire et surtout son désir de dessiner son avenir dans le cadre d’un Parc Naturel Régional.

Ces 48h en Seine-et-Marne ont été fort enrichissants. Ils m’ont permis d’échanger avec des responsables d’associations et des professionnels motivés et de mieux comprendre ces élus passionnés de leur territoire. Ma détermination pour la création d’un Parc Naturel Régional dans cette Brie des deux Morin en est que plus renforcée.

A suivre …

Une réflexion au sujet de « 48h Chrono en Seine-et-Marne – 3/3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *