La région voit son avenir en rose et en vert

Vendredi, je présiderai la séance plénière dédiée au Schéma Ile-de-France 2030. « Alors que la France sort péniblement de la crise, ce document optimiste table sur une croissance de 2,5% et sur la création de 28.000 emplois par an jusqu’en 2030. Il anticipe la création de parcs régionaux, le sauvetage des terres agricoles et la fin du tout voiture. » L’article ci-dessous est tiré du gratuit Métro.

Vue de la région Ile-de-France à l’horizon 2030, imaginée par les ateliers de création urbaine.

 

Un beau ciel bleu, une maison ultramoderne suspendue à un arbre, des enfants qui gambadent dans un champ fertile. Un avenir radieux, en somme. L’affiche de présentation d’Ile-de-France 2030, le schéma d’aménagement qui sera voté vendredi, en dit long sur l’optimisme affiché par la gauche régionale.

Après dix ans de combat politique et un dossier bloqué sous le gouvernement de François Fillon, le président PS du conseil régional Jean-Paul Huchon s’apprête à faire valider un projet censé asseoir pour de longues années l’autorité de la région en matière d’urbanisme, de logement, de transports et d’écologie. Il devra auparavant surmonter les 200 amendements brandis par la droite, qui juge que le projet… Manque d’ambition.

Le retour des Trente Glorieuses ?

Ce schéma directeur, qui va encadrer l’aménagement de la région à moyen et long terme, offre par son optimisme un contraste saisissant avec le contexte économique des trois dernières années. Alors que la région, à l’instar de la France, était minée par la stagnation, le document imagine une croissance de 2,5% jusqu’en 2030 et 28.000 emplois créés par an.

Utopique ? « En 2010, on nous accusait de manquer d’ambition, répond Alain Amédro, vice-président écologiste à l’Aménagement du territoire. La région crée déjà en moyenne 26.000 emplois par an. Avec un objectif légèrement supérieur, nous fixons un cap. » Jean-Paul Huchon vante « l’élasticité » de l’emploi francilien et « l’attractivité » retrouvée auprès des entreprises étrangères. « On a supporté la crise un peu mieux que les autres régions », relève le président.

L’Ile-de-France compte surtout sur la création du Grand Paris, dont le nouveau réseau de transports de 240 km autour de Paris créerait à lui seul 15.000 à 20.000 emplois directs par an. Dans un tel contexte, le scepticisme est volontairement banni.

Place à l’écologie

Cap sur l’optimisme, donc. Le document vante, pour les vingt prochaines années, la fin du déséquilibre entre l’est et l’ouest de Paris avec la création de 70.000 logements par an. Il annonce la fin du « tout voiture », le sauvetage des terres agricoles minées par l’étalement urbain. Il prédit aussi deux nouveaux parcs régionaux en Seine-et-Marne et une forêt de 1.000 hectares dans le Val d’Oise.

Ce scénario rose et vert devra compter avec une évolution incontournable, avec ou sans crise. L’Ile-de-France va absorber un million d’habitants de plus d’ici 20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *