Le Grand Orly de demain vu par des étudiants

A l’occasion du rendu final de la 6ème session des Ateliers de création urbaine, des étudiants de 7 universités et écoles présentaient mercredi 12 juin, leurs projets sur le thème des mutations économiques des territoires.  En tant que Vice-président à l’aménagement à la région Ile-de-France, mais aussi parce que ces ateliers m’intéressent profondément, j’ai participé à cette séance finale de présentation des travaux au sein de l’hémicycle régional.  Le journal le Parisien revient sur le projet de développement de la zone du Grand Orly à l’horizon 2030.

ACU

Assis à côté du Président de la Commission aménagement du Conseil régional, François Labroille

Tous les ans depuis 2008, la région Ile-de-France organise « Les Ateliers de création urbaine », un dispositif qui invite des étudiants en école d’ingénieur, d’urbanisme ou d’architecture à plancher sur des thématiques de développement urbain, pour imaginer les contours de l’agglomération urbaine de demain. Et sur les six écoles en lice cette année, deux se sont penchées sur la question du Grand Orly.

« Ces ateliers nous permettent d’intéresser les étudiants à ces thématiques et éventuellement à leur donner envie de travailler avec nous », explique Alain Amédro, Vice-président de la région chargé de l’aménagement du territoire. Ce dispositif permet également aux étudiants de se plonger pendant plusieurs semaines sur un projet concret. Si les projets présentés ne sont pas repris tel quel par la région, elle y puise et s’inspire des idées novatrices pour imaginer la façon de repenser les espaces urbains de demain.

Et si on déménageait une partie de Villeneuve-le-Roi ?

C’est l’idée folle avancée par le groupe d’étudiants en génie urbain à l’Université Paris-est Marne-la-vallée. Amenées à bûcher la question de l’aménagement du Grand Orly et des nuisances qui touchent ce territoire, ils estimaient dans le volet de leur projet qu’il valait mieux ne pas toucher à l’aéroport et plutôt déplacer une partie des habitants du centre de Villeneuve-le-Roi voire même de Villeneuve-Saint-Georges.

« L’aéroport est un équipement métropolitain important pour Paris, il ne faut pas le déplacer parce qu’il  est crucial pour la région. Au contraire, on invite certaines personnes à déménager vers les bords de Seine, vers Juvisy et Athis-Mons, où les nuisances sont moindres », explique Morgane Robert, étudiante qui a participé au projet.

« Décoiffant » mais « un peu compliqué »

Déplacer cet aéroport, ça a un coût économique et même écologique, si on compte les travaux qui devraient être faits sur la nouvelle aire d’aéroport », embraye un de ces camarades, Léo Duflocq. Les zones désertées auraient ensuite pu être réinventées par des projets industriels ou économiques n’impliquant pas d’habitations résidentielles. Un projet jugé « décoiffant » par Jacques Touchefeu, le directeur de l’EPA Orly Rungis –Seine Amont, qui a jugé « un peu compliqué » de supprimer le centre-ville de Villeneuve-le-Roi.

Ce plan de réaménagement aurait en tout cas fortement déplu au maire de Villeneuve-le-Roi, Didier Gonzales, lequel se bat justement pour relocaliser l’aéroport d’Orly, et ainsi utiliser l’espace vacant pour y développer l’urbanisation.ACU2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *